Monica BOCAZ
Directrice

Je crois en l'être humain et sa capacité de se recréer. Je désire accompagner les personnes dans la découverte de leur capacité de rebondir personnellement et socialement. J'ai fondé Animaction dans ce but. Mon expérience professionnelle de plus de 20 ans d’engagement dans le monde associatif local et international, ainsi que mes formations m’ont donné les outils pour assumer ce défi. 
  • Éducatrice populaire (courant de pensée Paulo Freire)
  • 3 ans d'étude en psychologie
  • 2 ans d'études de pédagogie
  • Masters : en Médiation et Résolution de Conflits / Art-Thérapie
  • Présidente depuis 20 ans de Comparte, ONG espagnole de développement.
  • Chargée de formation des éducateurs au sein de Comparte en Amérique latine.
  • Ma pratique au sein d’Animaction est régulièrement révisée par une psychologue, Orianne Mignot.
    Cyrille VIOTTE
    Président

    L’associatif, je ne connais pas…
    Mon milieu, la finance et l’immobilier. Lorsque Monica m’ a demandé de participer à l’aventure Animaction, un sursaut d’humanité m’est venu et je ne regrette pas d’avoir rejoint cette aventure.


    Marie-Noelle WEBER
    Trésorière    

    Issue d’une famille nombreuse, j’ai toujours été attirée par l’échange, le partage et la rencontre. J’ai exercé durant un grand nombre d’années dans une Maison d’Enfants à Caractère Social, auprès de jeunes en difficultés sociales, familiales et scolaires, en tant qu’éducatrice. Mon  souhait est de poursuivre mon engagement au sein d’Animaction.

    Albane de WIDERSPACH
    Secrétaire

    L’aventure Animaction, c’est avant tout pour moi l’histoire d’une belle rencontre avec Monica. Si je crois en l’art-thérapie, aux vertus réconciliantes de la création, je crois encore plus à Monica et à l’art qu’elle a de “créer du lien” de façon vraie et profonde. Cette force du lien est pour moi le terreau fertile sur le chemin de reconstruction des personnes vivant en marge de la société.



    Philippe de DINECHIN 
    Chargé de Projets

    Animaction, c’est le temps de la rencontre, le temps du goût de l’autre sans autre projet que d’avancer et créer ensemble. Ce qui est en jeu est notre manière d’être, notre capacité à reconnaître qu’on ne s’en tire pas seul. J’aime ce choix risqué. Il ne s’agit pas de donner mais de se donner, il ne s’agit pas de faire mais d’être. C’est un beau défi pour les bénévoles et travailleurs sociaux habitués à voir l’autre comme objet de leur aide, et non comme sujet de leur renaissance
    ą
    cyril Viotte,
    18 janv. 2014 à 13:59